Aller à…

RSS Feed

Jack Eichel fait taire ses détracteurs


 Daniel Vanier 

Le joueur de centre Jack Eichel est un hockeyeur très talentueux. Son talent n’a jamais été mis en doute. Toutefois, sa personnalité et son caractère ont souvent été critiqués. L’américain de 26 ans fait maintenant taire ses détracteurs et prouve qu’il peut être un joueur des plus utiles lors des moments importants.

Un joueur productif en séries

Jack Eichel n’avait jamais eu la chance de le prouver auparavant, car l’ancien capitaine des Sabres n’a jamais réussi à traîner les Sabres de Buffalo en séries à ses six premières saisons avec cette équipe. Il n’est jamais même passé proche. Pendant son règne, la formation n’a pas fait mieux qu’une sixième place dans la section Atlantique. À son arrivée à Vegas, suite à la transaction contre Alex Tuch, les Golden Knights ont raté les séries par trois points. Ses détracteurs ont alors commencé à dire de lui qu’il n’était pas un gagnant et qu’il n’avait poas ce qu’il faut pour emmener sa formation à la conquête de la Coupe Stanley . Cette saison, les Knights se retrouvent en finale de la Coupe Stanley et Jack Eichel qui participe enfin à ses premiers matchs d’après-saison fait les preuves qu’il peut être un joueur important en séries éliminatoires. En fait, Jack Eichel est même tout feu tout flamme. Eichel est le meilleur pointeur des Knights grâce à sa récolte de 23 points, dont six buts, en 20 matchs. Il est aussi le 2e meilleur pointeur de la LNH lors des présentes séries éliminatoires, 1 point derrière le flamboyant Matthew Tkachuk des Panthers. De plus, l’américain mène la ligue pour les mentions d’aide en séries avec une 17e passe obtenue dans le 3e match de la finale:

Eichel ne dénigre pas les Sabres

Jack Eichel a aussi démontrer un professionnalisme exemplaire et beaucoup de classe lorsqu’il fut interrogé au sujet de son ancienne équipe :

«Toutes les équipes ont comme objectif de gagner. Ce n’était pas différent à Buffalo. Il y a des années où j’avais le sentiment que nous avions une bonne équipe, mais on ne gagnait pas assez. Ça prend parfois de la chance aussi. À Vegas, nous n’avons pas participé aux séries l’an dernier. Cette année, nous sommes en finale. Tu apprends beaucoup dans la défaite. Je n’ai pas gagné comme je le voulais avec les Sabres, mais j’ai vécu bien des trucs enrichissants. J’ai porté le “C’’ de capitaine de cette équipe à un jeune âge.»

Lorsqu’on l’a relancé en disant qu’il est probablement le joueur qui a le plus mangé son pain noir parmi tous les joueurs des 2 équipes présentes à la finale Eichel n’a pas voulu non plus mordre à l’hameçon pour salir son ancienne équipe :
« J’ai vécu de l’adversité, oui, mais je suis sûr que c’est le cas de chaque gars dans notre équipe. Avec un peu de recul, je reconnais que j’ai dû passer à travers des moments difficiles, mais le jeu en valait la chandelle maintenant que je fais partie de cette organisation. »

Bref, Jack Eichel ne l’avoue pas, mais il ne s’ennuie assurément pas des Sabres de Buffalo. De plus, il doit aussi éprouver une satisfaction personnelle en pouvant enfin faire mentir tous ses détracteurs. Il ne lui reste plus à présent que de réussir à soulever sa première Coupe Stanley pour que sa 1re présence en séries éliminatoires soit parfaite !

Crédit photo : The Canadian Press


Mots clés: , , ,