Aller à…

RSS Feed

Nouveau DG du CH: une sensation de déjà vu datant de 2012


 Guillaume Arcand 

Je n’ai aucune idée de qui sera le prochain DG de Montréal et si j’avais à prendre un «guess», je ne saurais sur qui arrêter mon choix.

Cependant, je me dois de dire que, en plein processus du successeur de Marc Bergevin, je crois avoir l’impression que le prochain DG arrivera à Montréal avec ses nouveaux souliers, mais il composera aussi avec des conditions similaires à celles de Bergevin lorsqu’il est arrivé à Montréal il y a 10 ans déjà.

Pas un mauvais club

Bergevin est arrivé en 2012 dans un contexte où le Canadien a terminé dernier dans l’Est. Tout comme son successeur présentement.

Cependant, en 2011-12, il ne s’agissait pas d’un si mauvais club. En tous cas, c’était une équipe meilleure que ses 76 points au classement l’indiquaient.

Un an avant cette saison quelque peu catastrophique, Montréal avait fait les séries, poussant leur série face aux Bruins, les champions cette année-là, à la limite. Bien franchement, la saison 2011-12 n’était qu’une erreur de parcours.

Bergevin n’avait pas un gros travail sur la planche pour faire de cette équipe, à l’époque, un club potable à nouveau. La preuve: qu’est-ce qu’il a fait durant l’entre-saison? Faire l’acquisition de Brandon Prust, Colby Armstrong et Francis Brouillon. Et l’embauche d’un nouvel entraîneur, du nom de Michel Therrien.

Et voilà. C’est tout!

C’était assez pour que cette formation termine 2ème dans l’Est à sa première saison avec Marc Bergevin commme DG. Je sais, il y a eu l’appui d’Alex Galchenyuk et Brendan Gallagher. Bien justement. Gallagher n’a pas été repêché par Bergevin. Et Galchenyuk? C’était un 3ème choix au total. Pas besoin d’un nouveau GM pour savoir qu’un jeune joueur repêché tôt ira s’ajouter et possiblement aider un club de fond de classement qui pourra bénéficier d’un choix élevé dans le repêchage suivant.

Et aussi, pas besoin d’un nouveau patron, et encore moins d’une maîtrise, pour savoir que Bergevin n’avait pas une mauvaise attaque (Pacioretty, Desharnais, Cole, Plekanec, Eller, Gionta), une mauvaise défensive (Subban, Gorges, Markov) et un mauvais gardien (Price) pour débuter son règne.

Comme le prochain DG aura droit de commencer son travail avec Petry, Chiarot (s’il est embauché avant qu’il soit transigé), Anderson, Toffoli, Dvorak, Drouin, Suzuki, Caufield, Gallagher, (possiblement) Price, etc. Je le sais, je me suis battu tout l’été, quitte à me faire traiter de retardé ou je ne sais quelle autre connerie, pour dire que cette équipe ne fera pas les séries.

Cependant, j’ai dis que le Canadien terminerait 5ème de sa division. Pas dernier au classement dans une saison où gagner 20 matchs serait maintenant un exploit tellement ils peinent à engranger des victoires.

Et ce groupe pourrait réaliser un petit exploit lors de la prochaine saison sans que le nouveau DG fasse de grands changements. Comme Bergevin en 2012.

De bons jeunes

Non-seulement Bergevin a hérité d’un club assez potable, mais aussi, la brochette de joueurs encore jeunes avec laquelle il pouvait manoeuvrér n’était pas mauvaise du tout.

À son arrivée, en 2012, Pacioretty, Subban et Eller n’avaient que 23 ans. Price en avait que 25. Un espoir de l’Ouest au nom de Brendan Gallagher était prêt à faire le grand saut. Bergevin pouvait aussi bénéficier d’un 3ème choix un total dès son arrivée. C’est sans parler de tous ces espoirs qui n’ont jamais prouvé leur potentiel à l’époque.

Wow! Dire qu’après ça, il y a des gens qui disent qu’il a construit un bon club à partir de rien. Croyez ce que vous voulez, chers gens qui pensez en ce sens, il reste que j’ai une question pour vous.

C’est quoi, exactement, votre définition de rien? Certains d’entre vous doivent croire que de démarrer son entreprise avec 100 000$, ce n’est pas grand chose.

C’est un autre point commun entre l’arrivée d’un nouveau GM en 2012 et en 2022 chez le Canadien. En plus du fait que la formation montréalaise pourra vraisemblablement miser sur un excellent choix lors de la prochaine loterie, peu importe qui sera le choix de Jeff Gorton pour succéder à MB, ce nouveau DG aura la chance de débuter son règne en misant déjà sur des jeunes comme Nick Suzuki, Cole Caufield, Cayden Primeau, Ryan Poehling, Alex Romanov, Kaiden Guhle, Mattias Norlinder, et plusieurs autres.

Bref, il ne s’agit pas d’une mauvaise brochette. À l’image de l’organisation en 2012-13. Et ils pourraient contribuer à une belle surprise en 2022-23, sans que le nouveau patron fasse des ajouts significatifs.

Comme en 2012-13, encore une fois. Les allusions entre 2022 et 2012 sont difficiles à manquer.

Plaire au successeur

Est-ce que Marc Bergevin a construit un club pour tenter de se rendre loin de nouveau… ou bien pour que celui qui viendra après lui puisse avoir de bons éléments sur lesquels s’appuyer pour bien commencer le travail?

Parce que quand il a écrit, dans sa lettre de départ, qu’il laissait derrière lui une équipe potable, on ne peut pas dire qu’il avait tort. Et ce, alors qu’étrangement, ce même club n’est pas aspirant aux grands honneurs, mais pas du tout.

Espérons que le nouveau DG sautera sur cette bonne équipe pour en faire quelque chose de réellement grandiose. Et surtout, qu’il fasse avancer le CH pour de vrai, et non pas construire un club afin de seulement plaire à un autre potentiel successeur.

Crédit photo: NHL.com, The Hockey News


Mots clés: , , , , ,