Aller à…

RSS Feed

Pierre-Luc Dubois : oui, mais pas à n’importe quel prix


 Daniel Vanier 

Le 28 juin à 19 heures se déroulait un moment très attendu de tous les amateurs de hockey: le repêchage de la Ligue nationale de hockey. Ce moment toujours haut en couleur se tient cette année au Bridgestone Arena de Nashville. Les Blackhawks de Chicago ont parlé en premier, et sans surprises ils ont décidé de sélectionner Connor Bedard, celui que plusieurs voient comme la prochaine grande vedette de la Ligue.
Par contre, par la suite il n’y avait rien qui peut être mentionné comme étant une certitude. Les Canadiens de Montréal ont tout de même causé une certaine surprise en choisissant le défenseur David Reinbacher avec leur choix qui était le 5e au total. Chaque année, il peut y avoir beaucoup d’action avec des transactions qui vont venir changer l’ordre de sélection des équipes et aussi le rang des joueurs choisis. Cette année il y en a eu seulement 2 lors de cette première ronde et elles furent, somme toute, assez mineures et n’ont pas influencé la 1re ronde. Ce fut tout d’abord l’Avalanche qui a encore bougé en échangeant le choix de 2e ronde obtenu la veille des Canadiens dans la transaction envoyant Alex Newhook à Montréal. Ils l’ont échangé au Lightning. En retour, Colorado obtient l’ailier gauche Ross Colton. Environ 3 heures plus tard, un autre ailier gauche changea d’adresse lorsque les Golden Knights ont décidé d’envoyer Reilly Smith aux Penguins en retour d’un choix de 3e ronde en 2024. On ne peut donc pas dire qu’il y a eu de gros noms qui ont bougé. Le dernier gros nom qui a changé d’adresse est donc Pierre-Luc Dubois. Revenons un peu en arrière et récapitulons quelque peu la saga médiatique qui a entouré l’attaquant québécois tout en analysant en profondeur ce dossier qui a fait couler beaucoup d’encre . Pierre-Luc Dubois célébrait justement son anniversaire lors de la fête nationale du Québec :

L’équipe qui était le plus souvent reliée au nom du natif de Ste-Agathe-des-Monts était les Canadiens de Montréal. Toutefois, d’autres équipes étaient aussi intéressées. David Pagnotta avait annoncé le lendemain de l’anniversaire de Dubois qu’aux dernières nouvelles, les Kings avaient pris la pole position et qu’une entente était imminente :


Pagnotta ne s’était pas trompé. Bien que semble-t-il Montréal ait tenté une nouvelle offre, c’est Los Angeles qui a obtenu les services de «PLD». Les Kings ont annoncé la nouvelle à leurs partisans via leur compte Twitter :

Les Kings ont payé TRÈS cher

Le directeur général des Kings, Luc Robitaille, a toutefois déboursé une facture salée pour l’obtenir. Pour vous remémorer la transaction, voici le prix payé pour Dubois:

Nous parlons donc ici d’un excellent joueur de 3e trio en Alex Iafallo, de deux anciens choix de 1ere ronde en Gabriel Villardi (11e choix au total en 2017) et Rasmus Kupari( 20e choix au total en 2018)en plus d’un choix de 2e ronde en 2024…Ouf ! Ce n’est pas ce que nous pouvons appeler une aubaine.
Certains diront : «D’accord ce sont 2 choix de 1re ronde, mais ce Kupari n’a pas encore réussi à s’établir dans la LNH comme joueur régulier.»
C’est véridique. Jusqu’ici, en 130 parties jouées, Rasmus Kupari n’a inscrit que 9 buts et 20 passes pour un total de 29 points en 130 parties. Ce n’est effectivement pas si impressionnant. Cependant, c’est très semblable à la progression qu’avait Gabriel Villardi, le 2e espoir inclus dans cette transaction avant d’inscrire 23 buts et 18 passes pour 41 points en 63 matchs en 2022-2023. Bref, Kupari peut encore s’améliorer, tout comme Villardi d’ailleurs, même si ce dernier est déjà devenu un joueur intéressant !

Obtenir Dubois : Oui, mais pas à n’importe quel prix

Il va sans dire que l’annonce d’une transaction envoyant Dubois aux Kings a déçu plusieurs partisans du CH. lorsqu’un joueur québécois talentueux est disponible et qu’il a de plus mentionné qu’il adorerait endosser l’uniforme du Tricolore, cela crée un enthousiasme auprès de certains fans de la formation montréalaise qui aimeraient alors voir le Directeur général du CH, Kent Hughes, effectuer la transaction au plus tôt. Toutefois, certaines propositions de transactions faisaient carrément peur. Plusieurs voulaient voir Kent Hughes débourser un prix beaucoup trop élevé pour mettre la main sur le centre de 6 pieds deux pouces et 205 livres. Lorsque l’auteur de ces lignes entendait qu’il faudrait que les Canadiens déboursent un joueur comme Nick Suzuki, Cole Caufield ou Kirby Dach, ou encore donner la 5e sélection au prochain repêchage pour mettre la main sur Pierre-Luc Dubois il s’inquiétait et espérait fortement que Hughes ne donnerait pas autant, car ce serait une grave erreur selon lui. Pour égaliser l’offre des Kings, il aurait fallu donner Logan Mailloux, Jordan Harris ou Sean Farrell, Jake Evans et un choix de 2e ronde. Cela aurait été un pari très risqué de la part de Kent Hughes. Le DG du Tricolore a prouvé maintes fois qu’il n’a pas peur de courir des risques. Il vient de le faire encore aujourd’hui avec la sélection de David Reinbacher. Il a toutefois jugé que le risque de payer aussi cher pour Pierre-Luc Dubois était trop élevé. De mon côté, Je crois que les partisans des Canadiens vont le remercier dans un avenir pas si lointain.

Attention aussi au salaire demandé

Outre le fait que le prix demandé en termes de joueurs pouvait être trop élevé, le salaire que visait Dubois est encore pire.Le montant que nous entendions le plus souvent est 9 millions par année.Un salaire qui serait beaucoup trop onéreux pour ce que peut apporter Dubois aux Canadiens :

Finalement, Dubois a obtenu 8 500 000$ annuellement pour une période de 8 ans avec les Kings. C’est beaucoup trop pour un gars qui n’a jamais atteint la barre des 70 points.

Le Canadien ne pouvait tout simplement pas donner un tel salaire à Pierre Luc Dubois et justifier par la suite à son capitaine Nick Suzuki et à son meilleur buteur Cole Caufield, qui sont les deux joueurs sur lesquels Kent Hughes désire de toute évidence bâtir les fondations de son équipe, qu’il a donné ensuite à un joueur arrivant d’une autre organisation un million de plus qu’eux.

Un joueur surévalué qui manque parfois de caractère

Pierre-Luc Dubois est un très bon joueur de hockey. Cependant, il est aussi surévalué. Rappelons que l’ancien choix de 1ere ronde (3e au total) des Blue Jackets de Columbus en 2016 n’a jamais obtenu plus que 63 points en 7 saisons dans la LNH. C’est pourquoi un salaire de 8 500 000$ parait cher payé pour lui. Certains détracteurs des Canadiens diront que Nick Suzuki a seulement inscrit 3 points de plus. Cependant le capitaine du CH a 2 ans plus jeune que lui et excelle aussi défensivement, ce qui n’est pas le cas de Pierre-Luc Dubois. Plus important encore, Nick Suzuki possède plus de caractère et de volonté de vaincre que l’ancien numéro 80 des Jets. Il semble aussi un meilleur joueur d’équipe.
Car, effectivement le caractère de Dubois est souvent remis en question. Pierre-Luc Dubois à la réputation de ne pas toujours donner le plein effort à chaque partie. Il semble aussi souvent mécontent de son temps d’utilisation ou de la façon dont il est dirigé. Le fait qu’il en est, avec deux demandes de transactions de sa part, déjà à sa 3e formation dans la LNH à l’âge de seulement 25 ans, démontre qu’il pense beaucoup plus à sa petite personne qu’à l’équipe avec laquelle il évolue.

Le chroniqueur du Journal de Montréal Marc DeFoy nous faisait part, le 21 juin dernier, d’une réaction d’un ancien dirigeant d’une équipe de la LNH qui était encore en fonction dernièrement. Ce dernier rappelle que Dubois à déjà demander 2 fois à être échangé. Cela ne lui donne pas la meilleure des réputations. Voci les propos de cet ancien dirigeant tel que rapporté par Marc DeFoy :

«Ne vous méprenez pas sur son talent.«Pierre-Luc Dubois est un bon joueur. Mais d’avoir demandé à être échangé deux fois fait de lui un lâcheur.»
Bob Hartley avait été encore plus loin. Tel que rapporté sur le blogue Dans les Coulisses, l’ancien entraîneur de la LNH ne voit même pas Dubois sur un top 6 dans une équipe aspirant aux grands honneurs : «il voit, dans un monde idéal de club qui aspire à la Coupe Stanley, Pierre-Luc Dubois comme un troisième centre».
À ses yeux, un gars comme Dubois peut jouer sur un deuxième trio, mais son profil et ce qu’il a démontré dans la LNH fait en sorte qu’au sein d’un GROS club, il est le troisième centre.

Petr Dubonov ou Peter Woods

Ce qui rend si atttrayant Pierre-Luc Dubois aux yeux de nombreux partisans des Canadiens, c’est principalement le fait qu’ils oit un joueur francophone. Certains deveienent beaucoup trop enthousiastes lorsque vient le temps d’évaluer un francophone. Pour l’internaute Louis Grégoire, il dit que Pierre-Luc Dubois serait la prochaine vedette francophone depuis Guy Lafleur. Oufff !! Je crois que monsieur Grégoire a oublier le dernier Marqueur de 50 buts des Canadiena Stéphane Richer et aussi Vincent Damphousse et Pierre Turgeon. Bien que le passage de ce dernier avec le Tricolore fut trop bref, ce fut quand même une grande vedette dans la LNH. Tout de même, le seul fait de nommer Pierre-Luc Dubois et Guy Lafleur au sein de la même phrase démontre bien combien certains exagèrent le véritable potentiel de Dubois et que les attentes auraient été beaucoup trop élevées à Montréal dans son cas :


Dans un autre publication, Grégoire disait qu’il rêvait à un trio québécois composé de Joshua Roy, Pierre-Luc Dubois et Rap Harvey-Pinard qu’il ose comparer à la prodigieuse et légendaire «French Connection» des Sabres de Buffalo qui était composé de Gilbert Perreault, Richard Martin et René Robert :

Donc, après les compraisons avec Guy Lafleur, voici celle avec Gilbert Perreault. Vraiment, les attentes de monsieur Grégoire envers Pierre-Luc Dubois ( et probablement celles de plusieurs partisans des Canadiens) étaient complètement démesurées.
Grégoire croyait aussi que Dubois allait être essentiel au CH pour remporter la Coupe Stanley. Il en a même fait un sondage. Heureusement, la réponse fut cinglante :54% des répondeurs ont dit «Non», alors que 13.3% ont été plus durs encore avec un retentissant «Pas du tout !». Seulement 22.3% étaient d’accord avec monsieur Grégoire:

Donc, comme nous le disions plus haut, la folie crée autour de Pierre-Luc Dubois par certains partisans des Canadiens de Montréal provient surtout de sa nationalité. Si c’était un russe du nom de Petr Dubonov ou un américain nommé Peter Woods, est-ce qu’on en parlerait autant ? Absolument pas. Il est certain que c’est toujours agréable d’applaudir les exploits d’un joueur québécois dans l’uniforme Bleu-Blanc-Rouge. toutefois, il ne faut pas exagérer et vouloir voir le directeur général des Canadiens aller chercher tous les québécois disponibles par le biais d’une transaction et surtout en payant n’importe quel prix.

D’ailleurs, la même journée que la transaction envoyant Dubois avec les Kings fut officialisée, les Canadiens ont annoncé l’acquisition du jeune et prometteur joueur de centre Alex Newhook et ce, à un bien meilleur prix en termes de retour payé pour l’obtenir que ce qu’a déboursé le DG des Kings Luc Robitaille. Nous vous reparlerons d’ailleurs de cette très bonne transaction de la part de Kent Hughes dans un prochain texte.

Pour ce qui est de Pierre-Luc Dubois, il a dit qu’au final il est aller avec l’équipe qui semblait le désirer le plus. Voici les propos qu’il a tenu:
«Le Canadien, tout le monde le sait, c’est une équipe qui m’intéressait. On leur avait parlé un peu mais, en bout de ligne, je voulais aller avec l’équipe qui me voulait le plus et c’est le sentiment que j’ai eu avec les Kings. Dès que j’ai eu ce sentiment, que j’ai su leurs intentions et leur plan, pour moi ç’a été un choix facile. On a parlé à Montréal mais j’avais un bon feeling pour les Kings depuis le début et je pense que j’ai pris la bonne décision.»
À la lumière de ses propos, il y a lieu de se demander si Pierre-Luc Dubois mesure le désir et l’intérêt d’une formation seulement par le salaire accordé. Certaines rumeurs disent que Kent Hughes ne voulait pas accorder plus que 7 millions $ par année à «PLD». Dubois va donc aller en gagner 12 de plus en 8 ans avec les Kings. 12 millions$ c’est énorme pour des gens comme vous et moi, mais lorsque tu va en gagner déjà au moins 70…C’est un peu moins important si tu désires vraiment endosser un uniforme en particulier et réaliser un rêve de jeunesse tout en évoluant près des siens.

Le bonheur ne se mesure pas toujours par les dollars. L’avenir dira si Pierre-Luc Dubois a pris la bonne décision.

L’avenir dira aussi si les partisans des Canadiens seront contents ou pas de la décision de leur directeur général.

Toutefois, lorsque nous prenons le temps de regarder et d’analyser le dossier de Pierre-Luc Dubois, tout semble croire que la décision de Kent Hughes est aussi sage que logique.

Crédit photo : Clutchpoints.com

p>