Aller à…

RSS Feed

Formation du CH – Match Blues vs Canadiens


Par Gabriel Asselin

Après un voyage haut en rebondissements de trois rencontres, le Canadien a raté son ouverture locale en s’inclinant 4 à 2 contre les Red Wings de Detroit. Il aura l’occasion de se reprendre ce soir alors que les champions en titre de la coupe Stanley, les Blues de St-Louis, seront en visite au Centre Bell. Le match s’amorcera sur le coup de 19h.

L’alignement partant

À l’attaque !

Du côté de l’attaque, Nick Suzuki sera relégué au quatrième trio au profit de Jordan Weal. Nick Cousins n’est toujours pas prêt à revenir au jeu.

Défendons-nous ! :

Du côté de la défensive, Brett Kulak réintégrera la formation et il sera jumelé à Jeff Petry. De son côté, Ben Chiarot formera un duo avec Christian Folin. Cale Fleury et Mike Reilly seront laissés de côté.

Arrêt-Stop, on ne passe pas ! :

Carey Price sera à son poste devant la cage du Tricolore et Keith Kinkaid le secondera.

Formation projetée pour le match de ce soir :

Les trois clés du match :

1- Attention à …
Ryan O’Reilly

En ce début de saison régulière, les Blues de St-Louis semblent poursuivre sur cette lancée irrésistible qu’ils ont amorcée le 3 janvier, récoltant 30 victoires et 65 points à leurs 45 derniers matchs de la dernière saison, les menant jusqu’à la conquête du précieux trophée de Lord Stanley. En effet, en quatre joutes depuis le début de la présente campagne, les hommes de Craig Berube revendiquent trois victoires, dont une au domicile des Maple Leafs de Toronto lundi dernier, et une défaite en prolongation contre les Capitals de Washington lors de leur premier match de la saison. Ce bon début de saison est dû, en partie, à la production de Ryan O’Reilly. Le plus récent récipiendaire des trophées Conn Smythe et Frank J. Selke revendique déjà un but et six mentions d’aide en quatre rencontres, dont un but et trois mentions d’aide dans la victoire des siens contre les Sénateurs d’Ottawa jeudi. Malgré qu’il a récolté 77 points en 82 rencontres la saison dernière, il avait dû attendre au septième match de la campagne avant d’amasser son septième point, malgré une performance de trois mentions d’aide dès le deuxième match de la saison contre les Blackhawks.

O’Reilly n’a jamais été reconnu comme l’un des meilleurs franc-tireurs du circuit Bettman, son sommet personnel étant de 28 buts à deux reprises. L’imposant joueur de centre ontarien représente cependant une sérieuse menace en terme de distribution de la rondelle. Celui qui dispute sa onzième saison au niveau professionnel a toujours obtenu au moins dix mentions d’aide de plus que le nombre de buts qu’il a inscrits, sauf à deux reprises. En 2010-11, sa deuxième saison dans la LNH, il avait récolté treize buts et autant de mentions d’aide en 74 joutes, tandis que deux ans plus tard, lors de la saison écourtée à 48 matchs, il avait été limité à 29 rencontres, amassant six buts et quatorze mentions d’aide. Également, plus souvent qu’autrement, lorsque Ryan O’Reilly est sur la patinoire, le Québécois David Perron est dans les parages, lui qui compte déjà trois buts à sa fiche cette saison et qui disputera certainement le match de ce soir devant famille et amis. Bref, le Tricolore devra empêcher le numéro 90 des Blues d’alimenter efficacement ses coéquipiers s’il souhaite offrir une première victoire à domicile à ses partisans.

2- Inscrire le premier but et gérer l’avance

Les hommes de Claude Julien ont toutes les misères du monde à amorcer leurs matchs du bon pied depuis le début de la campagne et cela s’est traduit par un retard d’un but en première période à chaque match cette saison. Le Canadien ne pourra jamais se maintenir dans la course aux séries éliminatoires s’il joue du hockey de rattrapage semaine après semaine. Également, le Tricolore n’a inscrit le premier but du match qu’à une seule reprise, dès la 68e seconde contre les Maple Leafs, et il s’agit du seul match qu’il a gagné, de façon in extremis en tirs de barrage, depuis le début de la campagne. Cependant, inscrire le premier but d’un match est un vieux cliché qui perdure depuis des décennies, mais cela ne veut rien dire si l’équipe n’est pas en mesure de protéger la priorité qu’il détient. En effet, au cours de ses trois premiers matchs de la saison, le Canadien a détenu l’avance dans chacun d’eux, mais il a été incapable de la protéger et les trois matchs ont nécessité une période de prolongation, offrant de précieux points à ses rivaux. Si on récapitule, les hommes de Claude Julien détenaient une avance d’un but après 40 minutes de jeu en Caroline et après 20 minutes à Buffalo, tandis qu’il avait les devants avec moins de deux minutes à faire à Toronto. Le Canadien nous a offert des matchs excitants lors du périple de trois joutes et une rencontre plutôt terne contre les Red Wings, mais c’est résultat au terme de la rencontre qui importe le plus. En ce sens, le Tricolore n’a que quatre points en autant de matchs. Le moment serait bien choisi pour donner une lueur d’espoir à cette longue saison en inscrivant le premier but de la rencontre et en jouant un match complet de 60 minutes.

3- Déranger le travail de Jordan Binnington

Le jeune portier des Blues vit sur un nuage depuis qu’il a relancé l’équipe au tournant du dernier jour de l’An. Celui qui aurait très certainement remporté le trophée Calder s’il aurait disputé une vingtaine de matchs de plus, il a terminé deuxième au scrutin derrière Elias Pettersson, Binnington est sans aucun doute l’un des meilleurs, sinon le meilleur, gardien de but de la LNH en cette année 2019. Il est très probable que son conte de fées s’effritera un jour ou l’autre, mais cela ne semble pas être sur le point de se produire. En effet, le portier ontarien a commencé la saison là où il l’avait laissé au terme des dernières séries éliminatoires. En trois matchs depuis le début de la saison, puisqu’il a obtenu une soirée de congé à Ottawa, Binnington revendique deux victoires et un revers en prolongation, tout en maintenant une moyenne de buts alloués de 2,31 et un taux d’efficacité de 0,928. Il a repoussé 90 des 97 tirs décochés dans sa direction en seulement trois départs. Celui qui a été catapulté au statut joueur élite dans le temps de le dire à mi-chemin de la dernière campagne ne sera pas un client facile pour les hommes de Claude Julien et il ne se laissera pas déjouer facilement. Le Tricolore devra converger vers la cage du cerbère de 26 ans et déranger son travail s’il souhaite inscrire les trois ou quatre buts qui seront nécessaires à l’obtention des deux points.

En suivant ces trois clés, le Canadien pourrait renouer avec la victoire.

Crédit photo : NHL.com (4 fois)

À lire aussi sur Le 7e Match:

Bonne nouvelle pour Noah Juulsen :

Noah Juulsen obtient le feu vert !

Cole Caufield n’a pas perdu de temps à laisser sa marque :

VIDÉO : Déjà 2 buts pour Cole Caufield

John Scott a un sacré bon sens de l’humour :

À voir : John Scott taquine les Jets de Winnipeg

Mots clés: , ,